Tout le monde a entendu parler d’Albert Einstein (1879 – 1955), mais peu de gens savent qu’avant d’être physicien, il fut d’abord un grand pacifiste qui lutta jusqu’à la fin de sa vie avec acharnement contre la prolifération des armes nucléaires. Fortement influencé par le courant théosophique, c’était également un spiritualiste convaincu qui affichait sa vénération pour le Maître bulgare Peter Deunov.

001c

 « Le monde entier s’incline devant moi, et moi je m’incline devant Peter Deunov. » avait déclaré Albert Einstein au cours d’une émission de radio en Suisse.

Il était persuadé depuis sa plus tendre enfance que l’Univers est habité par de multiples formes de vie inaccessibles aux cinq sens physiques de l’être humain, parce que notre perception tridimensionnelle est celle d’un espace-temps illusoirement limité. Sa quête métaphysique l’amena, entre autres, à découvrir que l’espace et le temps sont deux variables toujours liées entre elles, et qu’il est possible de les ajuster et d’agir sur l’une à travers l’autre, ce qui lui permit de développer la théorie de la relativité qui le rendit célèbre.

Il en arriva ainsi à la conclusion que si un objet est attiré par un trou noir, c’est-à-dire une zone animée d’un champ gravitationnel si intense que même la lumière ne peut échapper à son attraction, et qu’il réussit à se déplacer sur l’une des lignes du champ gravitationnel de ce trou noir sans se laisser absorber par son centre (qu’il nomme "singularité"), l’objet en question réapparaît nécessairement dans une autre partie de l’espace-temps, selon la loi de l’équilibre universel. Il y émerge alors, dans une dimension plus ou moins dense, à travers un vortex énergétique dont la fonction est opposée à celle du trou noir.

002

Cette hypothèse fut prouvée scientifiquement par Einstein, mais, elles ne s’applique qu’aux lois physiques auxquelles est soumise la masse des objets ; elle ne permet pas de comprendre ni d’expliquer ce qu’est la  nature de l’énergie qui les anime, c’est-à-dire la composition de leur substrat.

Nikola Tesla (1856 – 1943) fut le premier scientifique de l’époque dite "moderne" à identifier la quintessence non physique de l’énergie et sa présence illimitée dans l’univers, y compris dans les régions de l’espace où les cinq sens physiques et les instruments mis au point par l’homme terrestre pour leur servir de prolongement se sont montrés incapables de déceler des traces de vie et de mouvement. Il fut également le premier à imaginer un monde disposant d’une énergie abondante, facilement accessible, propre et gratuite.

001d

Plus de soixante ans après la mort de Tesla, il reste difficile pour nous de concevoir un tel monde, une Terre où non seulement les centrales nucléaires et thermiques, les puits de pétrole, les mines de charbon, les raffineries, auraient cessé de fonctionner, mais où les camions, les voitures, les motos, les avions, les trains, les cargos seraient devenus inutiles. La compréhension de ce qu'est véritablement l'énergie pourrait cependant rendre cela rapidement possible ! L'énergie n'est pas un combustible fossile, organique ou nucléaire extrait du sol ou obtenu par synthèse chimique. Elle ne provient pas non plus du vent, de la pluie ou des marées, ni même du Soleil. En effet, même si l’énergie photo-voltaïque ne pollue pas et est disponible en abondance, elle ne s’avère cependant pas inépuisable ni accessible partout dans l’univers, pour la bonne et simple raison que le Soleil tire sa propre énergie d’une autre Source, et qu’il ne peut donc restituer qu’une partie de cette énergie qui originellement n’est pas la sienne, et qu’il a lui-même préalablement absorbée.

Or non seulement l’énergie primordiale découverte par Nikola Tesla est une énergie renouvelable qui ne génère aucun déchet ni aucun résidu, mais elle est disponible partout et ses réserves sont illimitées ! C’est cette énergie qu’utilisent les vaisseaux de l’espace, dont certains sont capables à la fois de se matérialiser dans les plans les plus denses, comme celui de la Terre, et d’atteindre des vitesses dites supraluminiques, c’est-à-dire supérieures à celles de la lumière, sans mettre en péril leurs équipages ni constituer une menace pour les espaces qu’ils traversent. C'est à cette énergie primordiale qu'on a donné le nom "d'énergie libre".

Le concept d’énergie libre est depuis longtemps ignoré ou méprisé par une grande partie de la communauté scientifique mondiale qui a pris pour habitude de la considérer comme une "énergie ésotérique", une hérésie qui serait à la science ce que l’idéologie "New Age" est à la religion et à la spiritualité. L’une des raisons pour lesquelles les chercheurs et les inventeurs ayant travaillé dans le domaine de l’énergie libre – à commencer par Nikola Tesla lui-même – ont été systématiquement ridiculisés et décrédibilisés au cours des dernières décennies, est que les grands lobbies militaro-industriels mondiaux, qui n’ont évidemment aucun intérêt à ce que cette nouvelle forme d’énergie soit exploitée sur la Terre, ont tout fait pour tenter d’amalgamer son principe à celui du fameux "mouvement perpétuel".

003

De gauche à droite, en haut : Nikola Tesla, Walter Russel, Thomas Henry Moray, Lester Hendershot, Viktor Schauberger, Wilhelm Reich, Moray King. Au centre : Harold-Puthoff, Thomas Bearden de Huntsville, Wingate Lambertson, John Hutchison, Floyd "Sparky" Sweet. En bas : Bruce de Palma, Shiuji Inomata, Paramahamsa Tewari, Stanley Pons, Martin Fleischmann, Grigori Petrovich Grabovoï. Ces pionniers de l’énergie libre ont souvent été harcelés, ridiculisés ou ruinés. Certains ont même été jetés en prison et torturés.

Une machine fonctionnant suivant le principe du mouvement perpétuel serait une machine qui, une fois mise en route, continuerait indéfiniment de fonctionner sans aucun apport d’énergie externe, ce qui est rigoureusement impossible. Pour fonctionner, toute machine a besoin d’être en permanence alimentée par une source d’énergie. Aucun vaisseau de l’espace ne fonctionne ni n’est capable de fonctionner suivant le principe du mouvement perpétuel.

Le fonctionnement à l’énergie libre est au contraire une réalité. Et le plus merveilleux modèle en est celui du Grand Soleil Central. Comme les vaisseaux de l’espace, le Soleil central de notre univers a besoin d’énergie pour alimenter les différents systèmes stellaires. Il utilise la même énergie qui est une énergie vivante, de la même essence que l’énergie psychique ou l’énergie sexuelle. Car d’une certaine manière, on peut dire que l’homme lui aussi fonctionne à l’énergie libre, de même que tout ce qui est vivant, autrement dit tout ce qui EST.

La mort n’existe pas dans la réalité de l’univers ! Seule, existe la Vie ; elle est partout présente, y compris dans ce qui semble mort à nos cinq sens physiques, et toute vie n’est qu’énergie libre !

L’énergie libre est d’abord une quintessence spirituelle, ce qui rend bien sûr les technologies qui permettent de l’utiliser fondamentalement différentes de celles issues de la combustion, de la fusion, de la scission ou de la fission de l’atome. Elle provient directement du Cœur de tous les univers et elle est soumise aux Lois de l’Harmonie Universelle. Certains continuent à en nier jusqu’à la possibilité de l’existence, alors qu’elle est en fait connue depuis des temps immémoriaux. Dans le passé, on lui a trouvé différents noms : Ka, Qi, telesma, fohat, akasha, éther, lumière astrale, orgone. Aujourd’hui, on l’appelle énergie libre, énergie du point zéro, ono-zone ou encore énergie de l'ionosphère. Mais c’est toujours de la même et unique énergie première qu’il s’agit, cette énergie vitale dont Hermès Trismégiste affirmait qu’elle est « la force forte de toutes les forces », ce qui fut d’ailleurs consigné dans la fameuse Table d’Émeraude dont tous les alchimistes connaissent l’existence, et certains le secret ! Or le secret de la Table d’Émeraude, c’est tout simplement celui de la nature de l’énergie libre !

L’énergie libre est l’énergie électromagnétique contenue dans la Trame cosmique de l’Univers. Elle est omniprésente dans l’espace et dans la matière et occupe tout le prétendu "vide" qui nous entoure. Elle représente un paradoxe pour la science contemporaine, car elle s’appuie sur le postulat qu’il existe dans l’univers une force gravitationnelle toujours supérieure à celles que l’on arrive à identifier grâce à leurs effets mesurables sur des masses répertoriées, et qu’il existe par conséquent une énergie invisible et non quantifiable qui provient de l’effet dynamique d’une sorte de Force immanente que l’on pourrait appeler "cosmique".

La physique quantique tend aujourd’hui à démontrer que chaque mètre cube d’espace de l’univers renferme une quantité phénoménale de cette énergie. À ce jour, toutes les techniques qui nous ont été rapportées pour la capter font appel à un principe de déséquilibre temporaire de la structure des ondes électromagnétiques, entraînant ainsi une transmutation matière/énergie ou un transfert énergie/énergie.

Les recherches de Nikola Tesla révèlent que cette source illimitée d’énergie peut être partiellement voire totalement convertie en énergie non polluante utilisable par n’importe quel objet en n’importe quel point de l’espace-temps.

Grâce à la physique quantique, les scientifiques sont peu à peu en train de réaliser que la plupart des lois physiques qui nous avaient été présentées depuis des siècles comme des vérités figées et immuables sont en fait très relatives et ne s’appliquent qu’à un champ d’expérimentation limité. Ils découvrent que l'univers est constitué de plusieurs dimensions, que les particules de matière existent simultanément en plusieurs endroits de l'univers et qu’il est possible de téléporter instantanément aussi bien de la matière que de l’information à travers tout l'univers. Ainsi, le soi-disant "vide" de l'univers est rempli d'énergie quantique en quantité illimitée, ce qui accrédite la plupart des informations transmises par Tesla sur le fonctionnement des machines à énergie libre. Elles ne font que "pomper" l'énergie là où elle se trouve, c’est-à-dire partout, et c'est la Nature, omniprésente, qui les alimente en influx cosmo-bio-énergétique.

007

Prototypes de machines à énergie libre

Au moyen du rayonnement "onozonal" ou "orgonique" spécifique à l’énergie libre, on peut parvenir à ouvrir la conscience et même la matière à la vie multidimensionnelle, et ainsi, à se déplacer à travers l’espace-temps en le modulant à volonté. L’énergie libre représente le substrat de la Sagesse dynamique des Maîtres Ascensionnés et des membres de la Fraternité Galactique de la Lumière. Elle se renouvelle en permanence et est capable de conduire les êtres vers des points de la vie immatérielle et intemporelle, ou au contraire de les ramener dans la troisième dimension.

Elle s’exprime aussi à travers le magnétisme universel, qui est l’expression de l’Équilibre parfait et de l’Ordre divin. Mais pour la connaître - au sens de maîtriser - l’homme doit vivre selon la vibration du conscient droit : sans agressivité, avec la lucidité et la clarté des niveaux supramentaux. Il doit cesser de se comporter en animal intellectualisé et de glorifier l’intellect pour s’ouvrir à l’Intelligence du Cœur.

Ce qui caractérise les vaisseaux extra-planétaires, c’est qu’à la différence de tous les moyens de locomotion actuellement connus de notre humanité, l’élément Lumière y joue un rôle essentiel et déterminant. Il est dans l’essence et le potentiel de la Lumière de répondre rapidement aux commandes d’une intelligence supérieure et de servir d’intermédiaire à la Vie pour qu’elle puisse se manifester dans tous les plans de la Création sans avoir à subir les lois des plans où elle se manifeste. Cela signifie que lorsqu’ils transitent dans l’atmosphère terrestre, psychique ou physique, les vaisseaux de la Grande Communauté échappent aux lois de la gravitation et aux contraintes matérielles, ce qui les rend capables de se mouvoir dans l’espace au gré de leurs équipages avec une sorte de désinvolture apparente (Cf. vidéo ci-dessous).


Ovnis Mexique

Ce qui retarde le plus l’émergence de l’être humain au sein de la Grande Communauté et le premier contact de l’ensemble de l’humanité avec leurs somptueux vaisseaux, c’est l’égoïsme. Ce ne sont pas nos Frères aînés, membres d’humanités plus évoluées, qui se cachent aux peuples de la Terre. C’est nous qui nous éloignons d’eux en tissant en permanence autour de nous un réseau dense de forces hostiles à l’évolution et au progrès.

Mais si la force de gravité a longtemps stimulé l’égocentrisme, afin que les formes puissent se matérialiser et maintenir leur cohérence dans notre monde 3D, il est clair que l’on peut à l’inverse s’approcher davantage des réalités suprahumaines et supraphysiques dès lors que la gravité diminue, ce qui est maintenant le cas sur la Terre. 

Dans le passé, de grands mystiques comme Thérèse d’Avila lévitaient quand ils étaient en extase : de puissantes énergies pénétraient jusque dans leurs cellules matérielles, y neutralisant l’effet du champ gravitationnel planétaire. De même, le bien-aimé Padre Pio avait un incroyable don de bilocation.

Bientôt, la Loi d’attraction, qui maintient les corps dans leur cohérence physique 3D répondra à d’autres vibrations. Il faut se préparer à cette Nouvelle Ère qui s’approche. Même si les mots "énergie libre" et "multidimensionnalité" ne représentent encore que des concepts irréels et irréalistes pour la plupart d’entre nous, les frontières de l’espace-temps pourront bientôt être transposées au gré de la volonté de l’être humain.

Accepter cette éventualité, c’est déjà accomplir un premier pas vers l’avènement de l’Ère Nouvelle.

Olivier de Rouvroy
Novembre 2011

P.S. : Beaucoup d’autres informations concernant l’avènement de l’Ère Nouvelle sont présentées dans mon dernier livre.

couverture livre OdRPour vous le procurer, rendez-vous ICI *

 

* Paiement sécurisé par carte bancaire. Expédition de votre commande sous 72 heures.

   Le livre est maintenant disponible dans sa version définitive.

 

NOTA : Si le cœur vous en dit, vous pouvez aussi m’aider financièrement à faire évoluer ce blog : RENDEZ-VOUS ICI  Merci d’avance.   Olivier