Voici un passage important du dernier livre d’Olivier de Rouvroy intitulé L’Avènement de l’Ère Nouvelle. Il s’agit d’un long extrait du chapitre consacré à la grande Fraternité Cosmique à laquelle appartient notre humanité.

Rencontre7

« Il y a dans l'univers des êtres qui gardent la Connaissance et la Sagesse vivantes et qui pratiquent la Spiritualité vivante. Ils ne sont pas là à voyager et à fomenter des projets de conquête sur différents mondes. Ce ne sont pas des prédateurs. Ils ne kidnappent pas les êtres humains. Ils ne volent pas nos animaux ni nos plantes. Ils n'influencent pas nos gouvernements et ne cherchent pas à manipuler la race humaine. Ils ne cherchent pas non plus à s'immiscer dans nos affaires ni à se croiser génétiquement avec nous pour nous transformer en esclaves.

Ils observent de loin et chaque fois que cela devient nécessaire, ils nous envoient des émissaires pour nous prodiguer conseils et encouragements et clarifier certaines choses. Et ils savent que l'avenir de notre monde est actuellement en jeu.

Qui sont ces êtres ? Notre science et nos religions sont longtemps restées emprisonnées dans une vision géocentrique de l’univers selon laquelle la Terre serait la seule planète habilitée à accueillir la vie. Aujourd’hui, malgré l’évolution rapide des mentalités, quand on aborde la question des extraterrestres, on s’aperçoit que c’est un sujet qui demeure souvent tabou. Que l’on croit ou non à l’existence d’une vie extraterrestre, chacun a tendance à s’accrocher à ses propres convictions. Et de nombreuses personnes continuent à nier le phénomène en bloc. 

Depuis la sortie et le succès mondial du film E.T. de Steven Spielberg, qui présentait pour la première fois une créature d’outre-espace sous un aspect positif combinant intelligence, douceur et gentillesse, les terrifiants "petits hommes verts" d’autrefois font cependant de moins en moins recette. Nos centres spirituels se sont considérablement affinés au cours des dernières décennies et certaines personnes sont même aujourd’hui capables de se projeter en conscience au-delà de notre système solaire, de rentrer en contact télépathique avec des êtres originaires de systèmes planétaires très éloignés de la Terre et de rendre témoignage de leurs découvertes.

Le cas des races non humaines et prédatrices a déjà été évoqué (Cf. autre chapitre du livre intitulé "Les Prédateurs cosmiques"). Parmi nos visiteurs actuels, il y a donc ces Reptiliens, ces Draconiens et ces Gris de Reticulum dont il a déjà été question. Il existe un autre groupe de Gris, les Rigeliens, qui proviennent d’un système dépendant de Béta d’Orion. Ils nous ont visités autrefois, comme les Anunnakis, mais à une époque plus récente ; les Aborigènes d’Australie en ont conservé une mémoire cellulaire collective et les ont peints sur les parois de leurs cavernes de Kimberley Range sous la forme "d’êtres sans bouche". Et on pourrait en citer de nombreux autres, tels que les Lacertans ou les Félins du système Dénébola de Regulus. 

On retrouve aujourd’hui des clones assez fidèles de ces curieuses créatures dans de nombreux jeux vidéo ou séries télévisées d’animation, et ce n’est certes pas un "hasard". Les concepteurs de ces personnages à l’aspect étrange et parfois inquiétant s’imaginent qu’ils sont tous sortis directement de leur imagination. Peut-être ! Mais qu’est-ce que l’imaginaire, sinon un écran multidimensionnel placé à la frontière entre plusieurs réalités. En fait, il ne s’agit pas véritablement de créations "imaginaires", au sens où l’on entend habituellement ce mot, mais plutôt de réminiscences de lointains souvenirs enfouis dans notre mémoire cellulaire et notre inconscient collectif. Car là où l’on croit avoir inventé, bien souvent on n’a fait que découvrir ! C’est ainsi que les  "Cosmocats" de la planète "Thundera", créés dans les années 1980 pour la télévision américaine, n’étaient en réalité que des reproductions plutôt fidèles de Félins de Dénébola, sans que l’auteur de cette série d’animation n’ait réalisé à aucun moment comment cet étrange concept de "félins de l’espace" avait pu jaillir dans son imagination.

En dehors de ces races anthropo-zoomorphes et prédatrices qui peuplent certaines planètes de notre galaxie, on y rencontre de nombreuses races humaines très proches de la nôtre au niveau de leur apparence extérieure et très préoccupées de notre avenir et de celui de la Terre. Leurs membres ont une conscience unitaire déjà parfaitement développée. Ils nous considèrent comme des membres de leur famille et savent que l’humanité terrestre s’apprête à tourner une page décisive de son histoire. Et ils souhaitent nous aider.

Les plus impliqués dans les missions spirituelles d’assistance à l’éveil de notre humanité sont les Pléiadiens, les Centauriens, les Lyriens et surtout les Arcturiens. Mais on pourrait citer aussi les Polariens, les Cassiopéens, les Ganymédiens ou encore "les Blonds" de Procyon, ainsi que beaucoup d’autres.

Rencontre6

Arcturus est une étoile située dans le prolongement de la Grande Ourse à 36 années-lumière de la Terre. Un groupe d’êtres originaires de ce système participe en ce moment même à un programme baptisé "Terra bis", dont l’objectif est d’éveiller les consciences humaines à l’universalisation. Les Arcturiens interviennent, entre autres, dans la création de corridors interdimensionnels et dans la formation de crop circles. Ils inspirent également de nombreux channels auxquels ils transmettent régulièrement de l’information destinée à la préparation de l’Ère Nouvelle.

Durant certains épisodes de notre "préhistoire" et jusque vers le milieu de l’époque atlantéenne, l’humanité terrestre fut bien souvent visitée par des représentants d’autres civilisations humanoïdes. Ils venaient eux aussi apporter leur aide à nos ancêtres pour leur éviter de devenir la proie des prédateurs cosmiques. Un astronaute du nom de Fen-Tsé arriva ainsi jadis sur la Terre à bord d’un vaisseau qui ressemblait à une sorte de poisson géant. Il venait de l’étoile Sian-Youan, qui est le nom donné par ses habitants à Regulus, autrement dit Alpha de la Constellation du Lion, qui se trouve à 77 années-lumière de notre planète. 

Il y a quelques années, des chroniques de la trame akhashique présentées à un grand contacté lui ont montré que le voyage de Fen-Tsé avait duré 200 années terrestres au cours desquelles tous les membres d’équipage du vaisseau s’étaient eux-mêmes plongés en état d’hibernation trans-temporelle. À cette époque, les habitants de Regulus n’avaient pas encore mis au point le système de propulsion astronautique qui permet aujourd’hui à certains équipages d’accélérer considérablement la vitesse de leurs astronefs et même de franchir le mur de la lumière. 

Fen-Tsé était un homo sapiens aux traits asiatiques et il fut à l’origine de la création de la race jaune et de la fondation de toutes les civilisations de l’Extrême-Orient. Parmi les nations de l’Extrême-Orient, il en existe au moins trois dont les souverains régnèrent longtemps à la suite de missions organisées depuis Regulus. Il s’agit de la Chine, où la déesse Kwan Yin, dont le nom signifie "Princesse du Cœur du Lion", est considérée par les érudits taoïstes comme un Être venu jadis de l’une des plus brillantes étoiles de notre galaxie, du Tibet, où le Dalaï Lama est reconnu comme l’incarnation d’un Être cosmique du nom de Chenrezig - Cherenzig étant la polarité masculine de Kwan Yin -, et enfin du Japon, dont les empereurs descendent d’Ameratsu, qu’ils vénèrent en tant que déesse solaire, mais qui fut en réalité le fruit de l’union d’une humaine et d’un membre de l’équipage du vaisseau commandé par Fen-Tsé.

Il est d’ailleurs amusant d’observer que le mot "régalien", qui signifie "émanant du roi et de son autorité", et dont l’apparition remonte à Louis XIV, notre fameux "roi-soleil", possède étymolo-giquement la même racine que le mot  "régulien", c’est-à-dire appartenant au système solaire de Regulus.

Toutes les connaissances scientifiques, métaphysiques, alchimiques, théurgiques actuellement disponibles sur notre planète ont été peu à peu importées d’autres systèmes stellaires de notre galaxie par des Êtres Cosmiques dont Fen-Tsé n’est qu’un représentant parmi beaucoup d’autres : a-t-on seulement la plus petite idée de qui furent les Titans et les Elohim, à l’époque des Noces d’Or entre Ouranos et Gaïa ? Les Titans furent nos ancêtres galactiques et assistèrent, il y a cinq milliards d’années, à la naissance de la première Âme de notre système, celle du Soleil. Quant aux Elohim, ils vinrent jadis de Vénus et étaient vénérés par les Cananéens au début de l’Ère du Bélier en tant qu’ambassadeurs du Dieu-Roi El.

Depuis les origines des temps, des êtres évolués issus d’autres civilisations de l’espace sont venus jusqu’à nous, afin de nous informer du chemin que nous allions devoir parcourir, et ils continuent actuellement à venir nous aider.

Rencontre8

Selon un commentaire du contacté italien Bruno Sammaciccia rapporté par
Stefano Breccia, qui a lui-même vécu quelques rencontres : « Les membres de la vaste Communauté à laquelle notre humanité va bientôt s’intégrer sont incapables de faire du mal. Même leurs engins (qui ont été consciemment imprégnés de leur sens éthique) refuseraient de nuire à qui que ce soit. » Ils lui ont même précisé que « s'ils ne pouvaient éviter de blesser quelqu'un, ils préféreraient s'autodétruire avant. »

Les événements pénibles que nous sommes en train de traverser proviennent de l’Ombre que nous avons nous-mêmes choisie de porter sur ce monde, ils sont ses cris et ses rugissements, ses derniers soubresauts. Il faut bien comprendre que ces événements sont incontournables mais qu’ils ne sont pas négatifs ; ils ne sont pas le Mal ! Même une explosion nucléaire n’est pas le Mal ! Partout, il n’y a que la Vie qui se transforme. Il existe un plan sur lequel tout ce qui arrive aujourd’hui, toutes ces tribulations qui ne vont faire que s’accélérer jusqu’au changement d’Époque, tout cela est voulu par nous. C’est une aventure que nous avons souhaitée vivre et qui se situe au-delà du bien et du mal.

C’est en nous que se trouvent les possibilités de transformation, non pas des événements, mais du regard que nous portons sur eux. Ils ne sont que prétexte, mise en scène, avec pour seul et unique but de nous apprendre que c’est nous-mêmes qui choisissons le regard et que c’est nous-mêmes qui choisissons le point de vue. 

Ce ne sont pas ces événements qui importent, mais la nouvelle force que nous allons pouvoir trouver en nous pour nous positionner face à eux. Cette force de fusion, d’unité, de non-dualité ; cette conscience dans laquelle nous pouvons lâcher prise jusqu’aux confins de notre Être intérieur. C’est pour cela que nous avons choisi cette expérience, et nos amis, nos frères et sœurs d’outre-espace sont à nouveau venus pour nous le rappeler. 

Ils ont tracé des signes de leur présence aimante sur nos champs de céréales et jusque dans notre ciel, ils ont transmis leur sagesse à nos messagers. Ils sont venus nous dire que chaque événement que nous allons vivre a été taillé sur mesure par nous et pour nous. 

C’est dans notre regard que le monde se transforme et nous procure ce sentiment d’accélération toujours croissant. C’est à ce niveau que se situe le véritable enseignement, celui que nous avons choisi de nous donner à nous-mêmes. Il appartient à chacun maintenant de profiter de ces épreuves extérieures pour relever son voile intérieur. C’est de cette manière que nous reprendrons contact avec notre Être véritable. 

Nos frères de l’espace ne sont pas venus et ne viendront pas nous transmettre un quelconque nouvel enseignement, parce que c’est nous qui avons en mains toutes les clés nécessaires à l’avènement rapide d’une Nouvelle Ère. C’est désormais seulement par imprégnation énergétique que leur aide nous parvient et nous parviendra de plus en plus. Leur souhait est que nous puissions nous ouvrir toujours d’avantage à l’Amour que nous portons, que nous commencions à nous détacher de nos croyances et que nous marchions vers la certitude de nos cœurs. Leur souhait est que nous puissions enfin nous accepter, que nous puissions voir très consciemment cette culpabilité, ce jugement envers nous-mêmes que nous transportons sans cesse, afin de nous en détacher de plus en plus.

Nous ne sommes pas au bout de nos surprises ! Il va falloir que nous nous entraînions à ne plus craindre l’inconnu, à ne plus craindre de ne pas nous reconnaître ! Il va falloir que nous apprenions très rapidement à nous accepter tels que nous sommes, là où nous en sommes, sans avoir nécessairement le luxe de pouvoir le comprendre intellectuellement. Cette confiance, nous ne pouvons la trouver que dans l’Amour ; et cet Amour, nous ne le trouverons qu’en nous-mêmes ! 

C’est seulement ainsi que nous commencerons à comprendre qui nous sommes réellement, et ainsi, qui sont nos visiteurs ! Nous découvrirons alors que nous avons en nous la capacité absolue de choisir les événements que vous vivons, même ceux qui nous paraissent extérieurs à nous. De même, plus notre conscience aura accès aux plans subtils, et plus nous aurons de pouvoir sur les plans denses. 

Qu’ils viennent d’Arcturus, de Véga, d’Alcyone ou de Mérope, le message de nos frères et sœurs de l’espace est toujours le même : nous, les enfants de la Terre, n’avons pas le droit de continuer à croire que nous sommes soumis, d’une manière ou d’une autre, à tel ou tel événement et que nous n’avons aucune prise dessus. Nous avons en potentiel le choix total de tout ce qui nous arrive. Même un tsunami peut être arrêté par une pensée puissante ! Notre conscience actuelle est simplement encore trop restreinte pour que nous puissions nous en rendre compte, du moins tant qu’elle continuera de fonctionner uniquement sur le plan de l’ego.

Nous devons aussi comprendre que ce plan égotique sur lequel nous fonctionnons, pour la plupart en permanence, n’est en aucun cas à juger ni à rejeter. La Nature nous a dotés de cet ego pour nous permettre d’en arriver là où nous nous trouvons aujourd’hui et cela n’aurait pas été possible autrement. Notre ego est à aimer, et c’est la condition nécessaire pour le dépasser. Parce que c’est bien d’Amour qu’il s’agit ! Nous devons le considérer comme une marche précieuse sur l’escalier de notre évolution. 

Ce que nous appelons "l’avènement de la Nouvelle Ère" implique l’acceptation totale de ce que nous sommes, au sein de ce cycle de l’ego. Et seule cette acceptation totale peut nous permettre de voir clair sur la manière dont ce cycle qui s’achève fonctionne encore, et donc sur la manière dont nous pouvons peu à peu nous en extraire pour nous diriger consciemment vers le cycle suivant, le cycle supérieur de l’Unité et de la Fraternité cosmique au sein d’une vaste Communauté de vie intelligente.

Si nous arrivons à le comprendre, nous comprendrons en même temps que les événements que nous vivons et que nous allons vivre ont tous été voulus et concoctés par nous-mêmes, mais sur un plan qui échappe à notre conscience aussi longtemps qu’elle reste braquée sur le monde de l’ego.

Nous continuons à passer beaucoup de temps à nous juger, à nous comparer avec les autres. Poser le premier pied dans le nouvel Âge d’Or consistera à cesser de juger notre ego et à l’accepter.

Plusieurs prises de conscience successives seront sans doute nécessaires pour en arriver à ce point ! Parce que si nous commençons par nous "forcer" à aimer notre ego, nous continuerons à lui être soumis. Il faut comprendre cela aussi, comprendre ce qui relève de l’ego et ce qui provient de notre Être authentique. Pour arriver à dépasser l’ego, nous avons besoin de discernement, de sincérité et surtout d’Amour.

Actuellement, nous ressentons de plus en plus le caractère inéluctable des événements qui doivent arriver, comme si l’humanité s’était engagée dans une impasse dont elle n’arrivera plus à s’extraire. C’est sans doute vrai, mais il faut bien comprendre que ce n’est valable que sur le plan de notre ego. Sur les plans plus élevés, c’est nous-mêmes qui choisissons les événements et nul autre que nous ne les choisit à notre place, même pas ces puissants prédateurs de l’espace venus dans l’intention de nous coloniser et de nous transformer en esclaves.

Il ne faudrait cependant pas que cela nous serve d’excuse pour ne plus entreprendre aucune action concrète afin de changer le cours des choses. Si nous commençons à nous dire : « Oh, puisque c’est moi qui ait choisi ce chemin de vie en haut, pourquoi vouloir le changer en bas ? », c’est que nous avons tout compris à l’envers ! Au contraire, cela doit nous donner plus de volonté et d’engagement ; comprenons que nous sommes les seuls maîtres de nos vies et que nos choix d’en haut nécessitent nos forces d’en bas pour s’incarner !

Bien entendu, il est difficile de sortir de ses croyances, parce que cela remet en question la préséance de l’ego et son illusion de contrôle. Mais il faudra quand même franchir le pas et lâcher prise par rapport à tout cela ! Au début, le vide fait peur, mais il peut très vite être apprivoisé ! Et là, on se rend compte que ce que nous prenions pour le plein est en réalité vide et que ce vide qui nous faisait si peur est en réalité plein ; plein de nouvelles révélations et pleins de nouvelles possibilités ! »

Extrait de L’Avènement de l’Ère Nouvelle
d’Olivier de Rouvroy
© Olivier de Rouvroy – 2011

Si vous souhaitez obtenir plus d’informations sur ce livre, dont est tiré l’extrait ci-dessus, rendez-vous ICI.couverture_livre_OdR

 

 

 

 

Bonne lecture à tous,

Olivier de Rouvroy